BLOG  SITES POUBELLES PSIRAM  ET ASSIMILES

Les chercheurs de nombreux domaines scientifiques luttent contre les affirmations mensongères de PSIRAM et ESOWATCH- PSIRAM décisions de justice rendues contre PSIRAM.

LA FIN DES IDEES RECUES EN COSMETO-PHARMACOLOGIE un petit mot

DE LA NOTION DE PRINCIPE ACTIF

On entend par principe actif toute substance( molécule simple ou complexe ) qui peut intervenir (de manière bénéfique ou l'inverse (toxique) dans les mécanismes biologiques chez l'homme ou l'animal, par voie orale, gastro-intestinale , ventilée(pulmonaire), intradermique, intraveineuse.

En ce qui concerne l'emploi des substances cosmétiques( via dermique) , la notion de toxicité doit être éclairée par le fait suivant:

il est reconnu que les produits cosmétiques peuvent agir comme transporteur de substances actives dont certaines  ont été tardivement reconnues comme perturbateurs endocriniens ou pire cancérogènes avérés ,surtout chez la femme ou l'enfant comme les parabens et leurs dérivés -

les études in vitro(cellules mammaliennes et tissus )  et in vivo(principalement souris) ont été entreprises, ces centaines de chercheurs au plan International l'ont démontré, aidé par de puissants moyens analytiques tels que GC-MS - NMR- et marquages génétiques.

Des mesures , au titre du" principe de précaution" ont été raisonnablement prises au plan Européen et National, de nombreuses entreprises sérieuses se sont automatiquement alignées sur ces mesures 2016., afin de limiter ou d'interdire l'emploi des parabens et /ou assimilés.

En effet l'on sait maintenant que au moins 25% d'une molécule active toxique ou bénéfique sera distribuée dans la microcirculation sanguine et/ ou lymphatique -

Dans ce cas d'une substance à visée cosmétique contenant un principe soumis à étude toxico-pharmacologique, on devra parler de TOXICITE PAR ACCUMULATION , car les molécules toxiques ne sont pas immédiatement ou partiellement biodégradée et sont stockées dans les graisses ou glandes, surtout chez la femme.

Et l'axiome qui était largement répandu, de moment que c'est sur la peau c'est pas grave !

Et bien non!  la pharmacologie et la clinique démontre bien l'inverse dans les K mammaires

pour être simple Cancer du sein .

 

A "FAIRE"  A SUIVRE !

Christian Daniel

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article